L’Idée Libre N°322 – Les Femmes et la Guerre


La revue 
L’IDÉE LIBRE est la revue culturelle de la Libre Pensée.

A coté d’articles « magazine » ou d’archives, elle est essentiellement consacrée; chaque trimestre à un thème.

pour se procurer ce numéro de l’Idée Libre ou bien s’abonner à cette publication, contactez le groupe Fred Zeller : contact@lpdordogne.fr 

Le numéro 322 présente un dossier  » Les Femmes et la Guerre « 

Présentation du dossier par Hansi Brémond

« Les Femmes et la Guerre »

 

A la fin du 19e siècle, un archéologue suédois et son équipe découvre la tombe d’un guerrier viking à Birka en Suède. La sépulture contient une épée, une hache, une lance, les os de deux chevaux ainsi que plusieurs outils liés au pouvoir et à la stratégie. Hjalmar Stolpe et son équipe sont devant la tombe d’un chef viking d’une importance majeure. Ils en sont convaincus.
Même si certains font remarquer, au cours du 20ème siècle, que les os du visage, surtout au niveau des joues, sont fins, il n’y a aucun doute à avoir, c’est un homme. C’est ainsi que fut présenté et étudié ce grand guerrier viking durant plus de 100 ans.

Il y a quelques années, l’ostéologiste Anna Kjellström étudie le squelette et remarque que les os des joues sont effectivement très fins et que les hanches ressemblent à celles d’une femme.
Des études récentes, intégrant une analyse génétique, dirigées par l’archéologue Charlotte Hedenstierna-Jonson prouvent qu’en fait le grand guerrier viking est une guerrière ! « C’est en réalité une femme, d’une trentaine d’années, relativement grande, mesurant environ 1,70 mètre » !

Malgré l’absence de chromosome Y et malgré cette étude, cette idée est encore difficile à admettre pour certains.

Ce qui est devenue une évidence archéologique se heurte encore à des préjugés sexistes. Une femme a pu être cheffe de guerre viking.

Seulement, trop longtemps, les femmes ont été vues comme des victimes de la guerre, éventuellement comme des pacifistes mais jamais comme des combattantes. Un prisme déformant sexiste hérité de siècles d’emprise religieuse empêche de voir la réalité en face.

Ce voile sexiste a rangé les femmes dans les placards de l’Histoire. Il a trié et n’a gardé des femmes que le rôle de victimes, de pacifistes – de second rôle souvent.

Modestement, il s’agit dans ce numéro de l’Idée libre, de replacer des femmes dans l’Histoire des guerres. Non plus, seulement en les réduisant au rôle de femmes, de mères ou de filles de combattants mais aussi comme actrices de l’Histoire. La guerre ne touche pas que les combattants, mais aussi les civils et donc les femmes.  Il nous faut aussi revenir sur des préjugés essentialistes et sexistes qui ont parfois alimenté l’Histoire. Dans nombres d’époques ou de lieux différents, des femmes se sont battus, ont participé voire lancé des conflits.

Enfin il faut lutter contre ces préjugés sexistes qui veulent nous faire croire que, par nature, les femmes seraient forcément plus douces et les hommes agressifs.

 

 

Continuer à lire … « L’Idée Libre N°322 – Les Femmes et la Guerre »

L’Idée Libre N°321 – Arts et artistes dans la Grande Guerre


La revue 
L’IDÉE LIBRE est la revue culturelle de la Libre Pensée.

A coté d’articles « magazine » ou d’archives, elle est essentiellement consacrée; chaque trimestre à un thème.

pour se procurer ce numéro de l’Idée Libre ou bien s’abonner à cette publication, contactez le groupe Fred Zeller : contact@lpdordogne.fr 

Le numéro 321 présente un dossier  » Arts et artistes dans la Grande Guerre « 

Présentation du dossier par Michèle Singer

« Arts et artistes dans la Grande Guerre »

 

« Je peins pour l’heure une grande image de l’enfer… » (1)

La première guerre mondiale a marqué un tournant particulièrement douloureux de l’histoire de l’Humanité. La perte de millions d’hommes, fauchés en pleine jeunesse, l’usage industriel de l’armement mécanique, la violence barbare à l’état pur, la souffrance et la misère. Misère des hommes au front, livrés à la dictature de l’état-major, misère des familles à l’arrière. L’Idée Libre, comme la Raison sont largement revenus sur ces faits.

Il semble que la civilisation se soit donnée en spectacle : Pour Paul Valéry : « Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles » (2), pendant que Kurt Pinthus intitule en 1920 son anthologie de la poésie expressionniste allemande Le Crépuscule de l’Humanité (3).

Les grands changements artistiques ont eu lieu avant guerre et se poursuivront pendant et après elle avec l’abstraction, le dadaïsme, le surréalisme… En musique, avec les afro-américains, le jazz pénétrera en Europe.
Il nous a semblé intéressant de voir comment ont évolué les artistes durant cette période. Beaucoup ont été enrôlés, comme des millions d’autres, et comme des millions d’autres, ils y ont laissé leur vie. Blaise Cendrars y a laissé une main. D’autres ont tenu à s’engager, Apollinaire comme artilleur ou Max Beckmancomme infirmier. D’autres, comme Matisse ont vu leur demande d’engagement refusée parce que trop âgés. D’autres n’y ont pas participé, comme Pablo Picasso, Espagnol issu d’un pays neutre. Certains artistes ont été embauchés par l’état-major pour mettre leur art au service du camouflage et de la contre-information. Au total, peu d’artistes sous l’uniforme ont produit durant le conflit, et même ont pu, par la suite, représenter ce qu’ils avaient vécus. L’horreur est indicible. Clovis Trouille attendra 1930 pour peindre Remembrance. Quelques exceptions cependant ont produit des œuvres majeures : Otto Dix, Fernand léger, George GroszMarcel Gromaire, pour n’en citer que quelques uns parmi les plus connus.
Nous ne nous sommes pas arrêtés à la peinture, évidemment. La littérature a largement rendu compte de ce conflit : Henri BarbusseGabriel ChevallierErich-Maria RemarqueRolland Dorgeles, et bien d’autres. La musique, enfin, dont nous n’avons retenu que le débarquement du jazz en Europe.
Enfin, le 7ème Art, terme inventé par Ricciotto Canudo en 1919, le cinéma, a apporté sa pierre. Un film, presque oublié, et qui a été l’occasion d’une implication formidable des combattants eux-mêmes nous a semblé mériter un article : le J’Accuse d’Abel Gance.

(1) George Grosz -commentaire de son tableau « Dédicace à Oskar Panizza » (1917)
(2) La Crise de l’Esprit (avril 1919) in The Atheneum
(3) Die Menscheitsdämmerung

A noter : Ce numéro contient un cahier couleur représentant un choix d’oeuvres de cette période.

 

Continuer à lire … « L’Idée Libre N°321 – Arts et artistes dans la Grande Guerre »

L’Idée Libre N°320


La revue 
L’IDÉE LIBRE est la revue culturelle de la Libre Pensée.

A coté d’articles « magazine » ou d’archives, elle est essentiellement consacrée; chaque trimestre à un thème.

pour se procurer ce numéro de l’Idée Libre ou bien s’abonner à cette publication, contactez le groupe Fred Zeller : contact@lpdordogne.fr 

Le numéro 320 présente un dossier « 1848 »

Présentation du dossier par Jean-Marc Schiappa

«1848»

 

L’année 1848 est une année exceptionnelle à tous égards. Un grand cru, en quelque sorte, un millésime rare.

Le vieil ordre pourri du Traité de Vienne en 1815, de la Sainte-Alliance, qui avait voulu faire rendre gorge aux peuples et à la Révolution de 1789 et qui y était arrivé, qui avait tenu son maillage malgré les accrocs, ce vieil ordre éclate et comme une traînée de poudre (l’image a été souvent utilisée) les capitales s’insurgent, les unes après les autres, de Paris à Buda et Pest, pas encore Budapest.
C’est un monde neuf qui surgit de cette révolution ininterrompue, marquant ici, comme en Allemagne, le choix définitif de la bourgeoisie contre l’émancipation, mais surtout les conditions du monde moderne. 1848 est incontestablement une année charnière.

« Le bonheur est une idée neuve en Europe » avait dit en son temps le Montagnard Saint-Just. 1848 est, aussi, l’année des idées neuves et la diffusion, simultanée, du Manifeste du Parti Communiste est tout sauf le produit du hasard. Cette année marque aussi, et là non plus ce n’est pas fortuit, une défaite du cléricalisme. C’est contre les idées et les hommes de 1848 que Pie IX va rédiger le Syllabus.

Et si certaines poussées sont écrasées, c’est l’Histoire dans son déroulement qui va montrer en quoi ces défaites n’étaient que provisoires : la République arrivera en Allemagne, quand même, par exemple.

Devant l’accumulation de faits, d’événements, de décisions, de personnages illustres, notre revue a dû procéder à un choix, souvent difficile. Toujours critiquable… Mais les pages de L’Idée Libre ne sont pas illimitées … Il nous faudra certainement consacrer un numéro à Garibaldi, par exemple.

Nous avons fait appel aux spécialistes reconnus de cette période et nous les remercions chaleureusement pour leur participation de qualité, digne sur tous les points de la revue que nous voulons.

Dans ce panorama du Printemps des Peuples, comme est appelé à juste titre, le cycle des Révolutions de cette année 1848, nous avons porté notre attention sur la place que les libre-penseurs ont tenu et elle n’est pas mince. Depuis la fondation des premiers cercles de libre pensée organisée jusqu’à l’abolition de l’esclavage signée par le libre-penseur Schoelcher en passant par Blanqui, « L’Enfermé », auteur de l’immortelle formule « Ni Dieu ni maitre » et par l’immense Victor Hugo, comment ne pas les saluer, ne pas les honorer, ne pas leur rendre justice et continuer en 2018, dans d’autres conditions historiques, leur activité de 1848.

Jean-Marc Schiappa

Continuer à lire … « L’Idée Libre N°320 »

L’Idée Libre N°319


La revue 
L’IDÉE LIBRE est la revue culturelle de la Libre Pensée.

A coté d’articles « magazine » ou d’archives, elle est essentiellement consacrée; chaque trimestre à un thème.

pour se procurer ce numéro de l’Idée Libre ou bien s’abonner à cette publication, contactez le groupe Fred Zeller : contact@lpdordogne.fr 

Le numéro 319 présente un dossier « Entreprises et Laïcité »

Présentation du dossier par Henri Huille

 

«Entreprises et Laïcité»

 

Ce numéro de l’Idée Libre, revue de la Libre Pensée, est consacré à la question « Laïcité et Entreprise » qui ne peut être abordée, selon nous, sans la placer en regard d’une analyse de ce qu’est la Doctrine Sociale de l’Église (DSE) qui éclaire l’origine et les méthodes de ses tenants.

Nous avons également voulu rappeler que le patron de «Paprec», représentant typique des défenseurs de la Loi El Khomri et chantre de ce qui est frauduleusement présentée comme étant la «laïcité à l’entreprise» restreignant les droits et libertés des employés, ne s’est pas gêné pour indiquer aux salariés de cette société comment il fallait voter ou ne pas voter aux élections présidentielles, rejoint en cela par celui de l’entreprise «Paul».

Soulignons tout de même, qu’au-delà de dicter des consignes, leur prétention est bien de parler au nom de l’Entreprise toute entière, comme une entité totalitaire embrassant tous les domaines de l’action et de la pensée des salariés, des individus, des citoyens.

Ne voit-on pas, chaque jour, qu’Emmanuel Macron propose l’entreprise comme modèle politique, emboitant le pas à Donald Trump et Recep Erdogan qui déclaraient vouloir diriger leurs pays respectifs «comme une entreprise» ?

Ne voit-on pas, chaque jour, l’accent mis sur la sacro-sainte «Sociéte civile» et son implication dans les relations entre Capital et Travail ?

Il était donc essentiel de souligner, en contrepoint en quelque sorte, le rôle et la place du Syndicalisme tel qu’il est défini par la Charte d’Amiens ; Nous avons donc fait une place importante à cet aspect, décisif à la fois pour les conquêtes sociales et pour les Libertés démocratiques.

Pour finir, il nous a semblé utile, prenant l’exemple des Hôpitaux publics, de démontrer comment les adeptes de la prétendue «laïcité à l’Entreprise» n’avaient de cesse, dans une contradiction qui n’est qu’apparente, de remettre en cause la Séparation des cultes et de l’État, la Laïcité donc, dans les Services Publics.

Henri Huille

Continuer à lire … « L’Idée Libre N°319 »

L’Idée Libre N°316


La revue 
L’IDÉE LIBRE est la revue culturelle de la Libre Pensée.

A coté d’articles « magazine » ou d’archives, elle est essentiellement consacrée; chaque trimestre à un thème.

pour se procurer ce numéro de l’Idée Libre ou bien s’abonner à cette publication, contactez le groupe Fred Zeller : contact@lpdordogne.fr 

Le numéro 316 présente un dossier « Lumières d’Ecosse »

Présentation du dossier par Catherine Le Fur, Fabien Jeannier et Philippe Besson

 

«L’Écosse est-elle toujours à sa place ?»

W. Shakespeare – Macbeth, acte IV, scène 3.

Le vote des Britanniques en faveur du Brexit en juin 2016 a révélé un Royaume-Uni profondément divisé. Si le oui l’a emporté avec 51,9% des suffrages, il faut noter que le vote à 62% dans les circonscriptions écossaises en faveur du maintien dans l’Union européenne a porté un coup sévère à l’unité britannique, remettant ainsi la question de l’indépendance de l’Écosse à l’ordre du jour.

Présentant son plan pour faire face à cette nouvelle situation, le Premier ministre d’Écosse, Nicola Sturgeon, a déclaré le 20 décembre dernier que l’indépendance restait «son option préférée» parmi les différentes stratégies possibles.

Rattachée depuis 1707 à la couronne d’Angleterre par un acte d’Union, l’Écosse jouit cependant depuis 1999 d’une autonomie accrue au sein du Royaume-Uni.

Mais son indépendance soulève de nombreuses questions sur lesquelles nous avons voulu donner un éclairage à nos lecteurs qui pourraient s’interroger sur la nécessité de consacrer un numéro entier de la revue à cette nation d’à peine plus de 5 millions d’habitants…

Pour cela il nous a semblé nécessaire de revenir sur quelques pages de sa riche histoire. De la fascinante Rosslyn Chapel, monument à la gloire de l’Humanité, de l’Esprit et de la Tolérance, à l’histoire du poète Robert Burns, aujourd’hui encore célébré chaque année par les francs-maçons écossais ; du philosophe des Lumières David Hume, pourfendant les dogmes, à la riche tradition ouvrière, du Workers’ Circle rassemblant des militants ouvriers de tradition socialiste bundiste, aux liens historiques entre manifestations d’insubordination ouvrière et nationalisme écossais, nous espérons avoir ainsi donner quelques pistes de réflexion à ceux qui tourneront les pages de ce numéro de l’Idée Libre.

Que tous les contributeurs soient ici chaleureusement remerciés pour la qualité de leur travail et leur disponibilité

Continuer à lire … « L’Idée Libre N°316 »

L’Idée Libre N°315


La revue 
L’IDÉE LIBRE est la revue culturelle de la Libre Pensée.

A coté d’articles « magazine » ou d’archives, elle est essentiellement consacrée; chaque trimestre à un thème.

pour se procurer ce numéro de l’Idée Libre ou bien s’abonner à cette publication, contactez le groupe Fred Zeller : contact@lpdordogne.fr 

Le numéro 315 présente un dossier « L’envionnement »

Présentation du dossier par Michel Godicheau

mg2Mme S. Royal, ministre en charge de l’environnement, semble en tout cas les apprécier puisqu’elle a confié à Pascal Canfin, directeur général du WWF France, la co-rédaction d’un rapport sur les « Gaz à effet de serre » et M. Hollande aussi, qui fit du même Canfin un ministre délégué du gouvernement Ayrault.
Le WWF fait préfacer par un Inspecteur pédagogique honoraire son « Guide pédagogique des sorties nature » proposé à l’Education nationale. Mais le WWF est aussi accusé, avec semble t-il un dossier conséquent, d’être un allié du diable Monsanto… qui vient d’être dévoré par Bayer. On est en pleine religion, mais on ne sait même plus si le pape de l’encyclique « Laudato Si » est opposé au diable ! L’environnement est donc devenu l’objet de nombreux péchés, et le jour du jugement approche inexorablement. Du moins si Dieu existe ou si la déesse Gaia a décidé de punir les hommes.

Puisse ce dossier contribuer à rétablir quelques connexions dans l’esprit du « rationalisme expérimental » qui reste celui de l’Idée Libre. Cependant, l’esprit ne faisant pas tout, nous avons jugé utile de border cette réflexion par des travaux dont les auteurs présentent des références incontestables.

Les défenseurs de la science sont souvent conscients d’être aujourd’hui sur la défensive : la Libre Pensée peut sans doute aider à suivre les pistes qui mènent aux fondements de cette menace obscurantiste.

Continuer à lire … « L’Idée Libre N°315 »

L’Idée Libre N°314

La revue L’IDÉE LIBRE est la revue culturelle de la Libre Pensée.

A coté d’articles « magazine » ou d’archives, elle est essentiellement consacrée; chaque trimestre à un thème.

pour se procurer ce numéro de l’Idée Libre ou bien s’abonner à cette publication, contactez le groupe Fred Zeller : contact@lpdordogne.fr 

Le numéro 314 présente un dossier « Rome-Washington »

Présentation du dossier par David Gozlan et Philippe Besson

Ici, aussi, tout est symbole.
Ce numéro de l’Idée Libre traite des rapports entre la Ville Eternelle aux 7 collines – où tout au moins l’enclave papale qui y réside – et le tracé aux dessins géométriques dressés jadis par le major Pierre L’Enfant, Washington D.C.
Du fait du Premier Amendement de la Constitution américaine, il n’y avait jamais eu de relations diplomatiques officielles de la République des Etats-Unis avec le Vatican. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y avait aucune relation.
C’est en 1984, sous l’ère Reagan et Jean-Paul II, que les relations diplomatiques furent instituées officiellement. L’objectif était clairement une alliance contre le «Grand Satan» que représentaient l’URSS et ses pays satellites. C’est un rapprochement de type «Guerre froide» qui a prévalu sur cette violation du principe de Séparation des Églises et de l’État contenu dans le Premier Amendement.
La dénonciation des affaires de pédophilie aux USA commence alors, au début des années 1980, et elle ne va que monter en charge. Ces affaires deviennent des scandales par la volonté d’en faire des scandales. La médiatisation du scandale n’a donc rien de fortuit. Aujourd’hui, des avocats aux USA étudient la possibilité d’assigner le pape lui-même dans les affaires de pédophilie pour «négligence».
Mais au-delà de ce problème, il faut traiter du fond des choses. On ne nous fera pas croire que toute cette campagne de dénonciation n’est que le produit d’un «sursaut moral» dans un pays qui manie si allégrement le puritanisme le plus glauque et la pornographie la plus sale.

Il s’agit d’une affaire politique importante qui a trait, au fond, aux relations entre deux impérialismes : les USA et le Vatican.

Continuer à lire … « L’Idée Libre N°314 »

Le Groupe Fred Zeller sur RLP lundi 21 décembre 2015

L’Idée Libre N°311

« Les Chiffonniers de l’histoire »

A en croire les partisans d’une « laïcité » sauce catho, le petit Jésus et toute sa smala pourraient crécher dans les mairies et les conseils généraux car nous serions un pays « chrétien ».
De quel christianisme parle-t-on ?  Des hérésies vaudoises ou cathares ?, de ces dizaines de milliers de chrétiens tués car non catholiques ? Parle-t-on du schisme entre protestants et catholiques qui provoqua de nombreux massacres comme la Saint-Barthélémy et les guerres de religions ? Parle-t-on des courants chrétiens effacés de l’histoire et éliminés dans les premiers siècles car ils voyaient en Jésus, non un être humain, mais une forme astrale ?
Et si on demandait  aux peuples christianisés de force comme les Saxons, qu’en penseraient-ils ? Et que dire de ces druides, chamanes et autres sorcières condamnés, ostracisés ou brûlés pour «paganisme» ? De ces sites de mégalithes et de menhirs détruits par les chrétiens ?
Quelle serait la vie d’un Français « de souche » aujourd’hui, si la France n’avait de racines que chrétiennes ? Pourrait-il écrire sans l’invention de l’écriture par les Sumériens, les Égyptiens, les Phéniciens, d’affreux polythéistes au teint basané !? Ce Français de souche sait-il qu’homo-sapiens est arrivé en Europe il y a 44 000 ans soit 42 500 ans avant le baptême de Clovis ? Sait-il que ses «ancêtres les Gaulois» vénéraient des divinités multiples, qu’ils ont construit des villes et des villages bien avant l’arrivée du christianisme ? Connaît-il l’origine de son langage et les nombreux emprunts du français aux langues germaniques ou à l’arabe ?
Sait-t-il que les moments marquants de son calendrier « chrétien » sont, pour la plupart, antérieurs à la supposée naissance de Jésus ?
Ce numéro entend apporter des éléments de réflexion sur ces dates et sur certaines traditions prétendument d’origine chrétienne. Très loin d’être exhaustif, il montre cependant à quel point l’Église chrétienne puis catholique a dû faire les poubelles soit du voisin, soit en fouillant dans les décombres de ce qu’elle avait détruit, pour développer son entreprise.
Hansi Brémond

Continuer à lire … « Le Groupe Fred Zeller sur RLP lundi 21 décembre 2015 »