Front Laïque N°92 – édito de J-J. Brière de l’Isle

Editorial

Une nouvelle religion est en train de voir le jour; cette religion adore Dame Nature et Dame Planète, la grand messe de ces jours-ci à Paris est bien là pour en faire la démonstration. Et, comme toutes les religions « officielles » dont il n’est pas bon de douter, elle impose à la population, à travers la petite (ou grande) lucarne, le dogme établi sous des oripeaux pseudo-scientifiques du « réchauffement climatique » dont tout un chacun serait responsable. Et ne voilà-t’il pas que le grand gourou du Vatican, sentant venir une concurrence déloyale, se met au goût du jour en enfourchant ce dada (non, rien à voir avec Tristan Tzara) afin de prêcher la décroissance.


Eh oui ! C’est vous qui avez décidé d’encombrer les routes avec vos camions en refusant le fer-routage, c’est vous qui laissez fumer votre usine, c’est vous qui allez au travail en voiture, c’est vous qui coulez des pétroliers en pleine mer pour ne pas payer un remorquage, c’est vous qui entassez des ordures en plein air sans retraitement…. Bref, le peuple est responsable de tout cela, et il doit payer, car nos gouvernants prennent les dispositions nécessaires, eux, pendant que les agioteurs jouent en bourse les contre-valeurs (droits à polluer) du protocole de Kyoto.
Dans ce monde religieusement idyllique, il n’est pas bon qu’un prêtre de cette religion nouvelle, je veux désigner un « Monsieur Météo » doute et le dise, car tel Giodano Bruno il peut être excommunié et brûlé. Enfin, Philippe Verdier n’a pas encore été brûlé -Dieu merci !, mais il a été viré de son poste pour hérésie et apostasie.
Les pétitions adressées aux autorités inquisitoriales n’ont pas été entendues. Son licenciement illustre brutalement le développement de ce qu’il faut bien appeler une police de la pensée.
Le syndicat allemand IG Metall, dont le patron vient d’appeler à virer les travailleurs qui exprimeraient des paroles d’ hostilité aux étrangers, semble oublier son rôle primordial de défense de tous les travailleurs. Ainsi, le combat contre le racisme (xénophobie plutôt) justifierait qu’un dirigeant syndical pousse à licencier des salariés ? Police de la pensée.
En France, la Cour de Cassation a confirmé une condamnation pénale contre des citoyens qui voulaient boycotter des produits israéliens, en soutien au peuple palestinien. C’est la criminalisation du militantisme pour une juste cause. Police de la pensée.
Ainsi l’on bascule dans la répression directe plutôt que d’utiliser le débat des idées, nécessaire à la vie sociale.
Le mot de démocratie, vidé de son sens est utilisé pour n’importe quoi, alors qu’il signifie «  le pouvoir du peuple ». Il y aurait les Bons démocrates, qui suivent la Bonne pensée du pouvoir et, les Mauvais, ceux qui pensent différemment. Pour les pouvoirs en place, la morale (la leur) ou l’expertise devraient dominer la volonté populaire. C’est pour cela qu’il leur a fallu rectifier « l’erreur » du peuple qui le 29 mai 2005 n’avait pas bien voté.
C’est aussi pour cela que nos savants stratèges et dirigeants (provisoires) ont assuré la protection des populations ; après avoir mis un grand coup de pied dans le nid de guêpes de l’Irak puis de la Syrie, ils ont assuré la protection avec des services de l’État de plus en plus étiques et désorganisés. D’accord les crimes du 7 janvier les ont surpris. Que croyez-vous qu’ils firent, ils pérorèrent et furent tout aussi surpris le 13 novembre.
Quand le peuple pleure, nos gouvernants prennent les bonnes décisions : jugez-en !
Ils remettent un coup de pied dans le nid de guêpes et c’est nous qui sommes piqués; ils décrètent l’État d’urgence = interdiction de manifester, sauf ce qui va dans le sens de la docilité qu’ils veulent.
Et vite pendant l’État d’urgence, ils font passer les lois criminelles détruisant la République-loi NOTre, destruction du statut de la Fonction Publique, destruction de l’Hôpital public, destruction de l’Enseignement public et engraissage de l’enseignement privé, destruction du Code du Travail…
Et le piment de l’affaire, c’est quand même cette histoire de chemise arrachée ! Air France veut licencier encore 2800 salariés  après les 10 000 les trois dernières années; cela entraîne la colère de tous les salariés que la direction a essayé d’opposer d’une catégorie à l’autre. Tout cela sous un chantage à d’autres suppressions d’emplois et tandis que l’État favorise la concurrence quatari qui achète le Rafale.
Que croyez-vous qu’il advint ? Une chemise contre 2800 emplois supprimés ? La violence pour eux c’est la chemise déchirée…. En 1789 des citoyens affamés créaient des émeutes pour avoir du pain, le nouveau pouvoir les pendait, mais Robespierre les défendait. En 1889-92, quand les ouvriers exigeaient leurs droits à Carmaux, Jaurès les défendait. Aujourd’hui, ceux qui dans les discours se réclament de Jaurès, demandent la plus grande sévérité aux tribunaux pour punir les syndicalistes qui défendent leur emploi.
Jaurès réveille toi ! Les « socialistes » sont tombés sur la tête ; ils ont revêtu l’habit des patrons, des exploiteurs, quand ils ne font pas tirer ( du caoutchouc qui éborgne, des grenades qui tuent) sur des manifestants non armés.
Alors, ces mêmes « grands » qui sont si petits, veulent nous abuser avec des mots : la société serait divisée en droite et gauche et pour faire peur, en extrême droite ou extrême gauche ; un certain François nous a fabriqué avec d’authentiques nazis, de vrais pétainistes, d’authentiques cathos intégristes, un épouvantail politique pour nous faire avaler une politique non conforme à ses promesses . Et voilà qu’à nouveau, un François joue avec le feu, sauf que ça lui échappe et que l’incendie risque de nous emporter.
Quand ceux d’en bas ne veulent plus et ceux d’en haut n’en peuvent plus, il est temps de changer l’ordre des choses. Je trouve, pour ma part, que la société est non pas divisée en droite gauche, mais en dessus et dessous : ceux du dessus exploitent ceux du dessous, ceux du dessus ont des revenus qui se comptent en millions d’euros ou dollars, ou roubles ; ceux du dessous n’ont que leurs doigts pour compter quelques sous et la rage au ventre.
Alors, c’est quoi la démocratie ? n’y a t’il pas besoin de revoir les règles en organisant une assemblée Constituante qui redonne le pouvoir au peuple ?

Jean-Jacques Brière de l’Isle

Abonnez-vous à Front Laïque !

%d blogueurs aiment cette page :